Blog - BS Data, hackery, stories

Magnum luttera contre le piratage en proposant un abonnement payant

Screenshot from 2013-10-06 14:10:09

Magnum va lancer un nouveau système d’abonnements pour blogueurs, avec une manière bien particulière de combattre les infractions au copyright, révèle le British Journal of Photography. “Ca ne sert à rien de nous protéger de la mer avec des chateaux de sable”, dit Clément Saccomani, directeur éditorial de Magnum à Paris. Alors ils ont pensé à une autre solution.

Cette nouvelle initiative verra le jour dans six mois, et son objectif est de consolider une communauté de supporters du travail de Magnum – mais de supporters prêts à payer. En effet, ce nouvel abonnement sera payant : “nous allons demander [aux blogueurs] de payer entre 20$ et 40$ [par an] pour bénéficier de l’abonnement, et en retour ils bénéficieront de réductions sur les livres, ils pourront participer à des événements dédiés, ils recevront des livres signés au prix des non-signés, ils pourront participer à des lectures de portfolios ou recevoir un appel de l’un de nos photographes. Ils feront partie d’une espèce de groupe des “Amis de Magnum” et auront accès à une série de privilèges. Certains seront physiques, d’autres virtuels”, selon Massimo Moggi, de Magnum à New York.

Magnum démontre, une fois encore, son ouverture au changement et son amour premier de la photographie. L’an passé, quand l’agence a dévoilé son tout nouveau site internet, nous avons tous été supris par le fait que les images étaient disponibles au téléchargement en 900px. Clément Saccomani a dit au BJP : “Si vous cliquez sur elles, vous pouvez les télécharger. Quand je discutais avec Chris Anderson et Jonas Bendiksen, ils me disaient que si les visiteurs voulaient juste imprimer une image et la mettre sur leur frigo, ils pouvaient le faire.”

A PROPOS DES LICENCES

Magnum franchit là un grand pas dans la guerre contre les infractions au copyright. Ils espèrent un taux de conversion autour de 20 à 30% des blogueurs qu’ils contacteront pour leur proposer l’abonnement. Si cette estimation peut sembler optimiste, il est certain que Magnum va générer un certain revenu de cette plateforme.
Je pense personnellement que les blogueurs sont de plus en plus au courant des problèmes liés au copyright – et c’est particulièrement vrai dans les domaines de l’art et de la photographie, qui discutent régulièrement ces questions. De plus, les récents succès de solutions payantes telles que Spotify démontrent un véritable intérêt pour les solutions légales.

-

QUELLES SONT LES SOLUTIONS DISPONIBLES AUJOURD’HUI ?

  1. Ne pas prendre en compte les problèmes de copyright. Cette solution conduira sans aucun doute à d’énormes problèmes et à des vols éhontés. En tant qu’auteur, cette solution me révulse.
  2. Faire des exemples. C’est la solution d’aujourd’hui : des personnes prises presque au hasard se font attraper et paient des amendes considérables à des grandes entreprises qui les traient comme des malfrats. Cette solution apparaît de plus en plus inutile, car elle ne stoppe pas le phénomène et car elle diabolise les internautes.
  3. Le Creative Commons. Qui ne marche pas. Point.
  4. Coopérer. Pourquoi ne pas considérer les internautes comme une force réelle et comme une potentielle source de revenus ? Si vous pensez comme cela, il est peut être temps de penser à une solution plus respectueuse.

-

LES CRITÈRES DE CETTE SOLUTION RESPECTUEUSE

Les infractions au copyright, c’est mal. Mais télécharger et copier-coller est si facile, rapide et pratique. Quelles pourraient être les raisons qui amèneraient les blogueurs à changer la manière dont ils travaillent ?

  1. Un accès et un usage raisonnable au matériel sous copyright. Cela veut dire que les photographies, oeuvres, ou sons doivent être disponibles de partout, en différents formats. Cela veut aussi dire que l’utilisateur ne pourra pas en faire usage dans certains cas – typiquement, l’usage commercial est à exclure.
  2. Un prix raisonnable. N’espérez pas trouver tellement de personnes prêtes à payer beaucoup pour quelque chose qu’elles font aujourd’hui gratuitement – même si c’est illégal.
  3. Un respect mutuel du travail. L’utilisateur se soucie assez du problème pour payer. Son travail doit être reconnu.

Je suis ravi d’entendre cette nouvelle de la part de Magnum, et j’espère que cette initiative sera suivie par d’autres. Magnum semble en effet satisfaire à toutes les exigences que nous avons énoncées. Ainsi, ce schéma d’abonnement semble être une solution viable et profitable.

-

Cerise sur le gâteau, le BJP fait mention d’Abbas disant que Magnum considérerait l’usage de leurs images par des blogueurs comme “légitime.” Ce qui veut dire que l’agence Magnum proposera l’abonnement… sans pour autant poursuivre ceux qui n’y souscrivent pas.
Les sources officielles de l’agence, fières d’arborer leurs 800 000 followers, réalisent donc d’où viennent ces followers : de la publicaiton illégale des images les plus connues du monde, abritées aujourd’hui par Magnum.

En conclusion, j’aimerais vous donner matière à réfléchir :
Le CEO de Magnum, Giorgio Psacharopulo, a utilisé un mot bien singulier pour décrire son agence : “cela nous permettra d’interagir directement avec une communauté de personnes intéressées par notre marque.”
Alors, Magnum est-elle une marque ?
Les changements récents dans le monde de la photo ont ils converti l’agence, vielle de 66 ans, en une marque ?