Blog - BS Data, hackery, stories

Fuji X10 -> Ricoh GR

Attention, cet article parlera de matériel photo. Ce genre de discussions peut sembler un peu vain et secondaire, mais le matériel occupe dans l’esprit du photographe une part d’attention parfois assez importante. Quiconque a déjà fait son sac pour un week-end de prise de vue ailleurs que dans sa ville sait de quoi je parle : “qu’est-ce que je vais bien emmener là-bas ?” Dans certains cas, parler de l’outil permet de parler de la pratique photographique elle-même, puisque le choix de l’objet reflète la pratique. Je crois que c’est le cas en l’espèce.

Voici déjà quelques temps que je faisais des reproches à mon Fuji X10. Son zoom était pour moi tout à fait inutile, et carrément encombrant. En effet, je ne faisais mes photos qu’avec la plus large focale (28mm), ou bien à 35mm quand la fantaisie me prenait. Encombrant parce que l’objectif était trop prétubérant, trop en tout cas pour que le X10 se glisse dans la poche d’un pantalon. Du fait de cette question de taille, l’appareil était condamné à ne voyager avec moi que dans un sac. D’aucuns diront que c’est le cas d’à peu près tous les appareils sérieux, et je ne le nie pas. Mais ce que je recherche est peut-être diférent.

Arno Rafael Minkkinen m’a fait beaucoup rire pendant son workshop avec son petit appareil photo compact dans un étui fixé à sa ceinture. Il ne prenait son reflex qu’en grande balade, et prenait de petits instantanés simples avec ce compact. Quand il a vu mon X10, il a très simplement observé que c’était l’appareil bâtard : ni assez puissant pour mériter un sac de plus, ni assez petit pour que je l’aie toujours à portée de main. Il a vu très juste sur ce point, qui a commencé de m’obséder. Etre réactif, avoir un appareil léger et toujours présent, c’est un gage de pouvoir photographier dès que l’envie prend. J’ai alors tout de suite pensé aux petits Ricoh.

Ricoh, outsider du marché des appareils numériques, a choisi un placement commercial discret (ou ciblé ?). Toutefois, la marque a très bonne presse auprès des street-photographers. La série GR embarque un 28mm fixe sur un boitier extrêmement rapide, en particulier au plan de la mise au point et du déclenchement, et bien agencé. J’ai donc craqué sur une de ces petits choses, et j’ai troqué mon X10 contre ce GRD, qui rentre parfaitement dans des poches.

J’espère ainsi avoir trouvé un compagnon pour la vie de tous les jours, moins encombrant et précieux que le Leica ou le moyen-format. Pour le moment, c’est réussi !