Blog - BS Data, hackery, stories

Stage à Phaestos Presse : jour 8

Longue journée que ce mercredi.

-

Stéphanie Roque et d'autres journalistes filment l'entraînement du club de football de montpellier, le MHSC

Stéphanie Roque et d'autres journalistes filment l'entraînement du club de football de montpellier, le MHSC

Stéphanie Roque et d'autres journalistes filment l'entraînement du club de football de montpellier, le MHSC

Stéphanie Roque et d'autres journalistes filment l'entraînement du club de football de montpellier, le MHSC

A peine arrivé au bureau que me voici déjà en voiture avec Stéph’ pour aller assister à l’entaînement du club de foot de Montpellier – champion de France, mais vous savez, moi et le foot… Beaucoup de journaleux sont présents, dont l’AFP. Nous, nouc bossons pour l’Equipe TV, bientôt chaîne de la TNT.

-

Hier, je proposais à Fred avec insistance de s’intéresser de plus près à cette affaire de caravanes campant sauvegement après effraction sur le terrain de football de Marguerittes, Gard.

Et oh bonheur, BFM nous commande ce sujet. Alors c’est reparti sur la route, après avoir pris le plus petit matériel possible et préparé une éventuelle caméra cachée.

Une fois sur place, nous décidons d’y aller franco et de ne pas tenter la caméra cachée, histoire d’éviter les problèmes avec ces “deux cents caravanes” qui ne sont en fait qu’une quarantaine. Nous rencontrons alors des gens du voyage venant de Picardie et de Normandie – accent offert avec la formule – qui en ont visiblement gros sur la patate mais qui refusent de s’exprimer publiquement. Sentiment d’incompréhension, d’inutilité de leur parole, ils préfèrent se taire. Cette communauté n’a de plus pas de chef avec qui nous pouvons communiquer, et nous sommes renvoyés de jeune homme en jeune homme pour parlementer.

A ce moment là, le maire de la commune, qui chiffre les dégâts à près de 50 000€, n’a toujours pas répondu à notre demande d’interview. Pour nous, le sujet tombe à l’eau si nous n’avons que la parole du maire, forcément à charge.

-

Stéphanie Roque sur la route de Marguerittes pour TF1

Stéphanie Roque sur la route de Marguerittes pour TF1

Après une menthe à l’eau, nous décidons de revenir une heure plus tard. Même accueil, cordial et souriant, mais extrêmement désabusé. Après avoir annoncé que nous allons rencontrer le maire vingt minutes plus tard, une porte s’ouvre : “revenez nous dire ce qu’il dit de nous.” Bingo.

Nous filons alors à la mairie et nous trouvons un maire calme, philosophe et compréhensif. Après 25 ans de mairie, il dit ne jamais avoir eu de problème tel que celui-là. Le témoignage charge cette communauté semblable à nulle autre selon lui. Je vous passe les détails des dégâts qu’il leur impute.

Et là, nous sautons sur l’occasion de retourner au camp, attendus cette fois-ci. Nous rapportons les paroles du maire à nos nouveaux amis et leur expliquons que s’ils ne parlent pas face caméra, ce seront eux les vandales et les méchants. Le discours fait enfin mouche. Et un homme accepte de parler face à nous.

Nous remontons en voiture et nous tapons la main. On le tient, notre sujet.