Blog - BS Data, hackery, stories

Stage à Phaestos Presse : jour 7

Aujourd’hui, bien décidé à ne pas me refaire planter comme hier, j’arrive tôt à l’agence Phaestos. A la différence qu’hier, il y avait de l’actu et des dépêches tombées pendant la nuit. Ce matin, rien.

Alors, il a fallu partir à la chasse à la news.

-

Première solution : la revue de presse des nombreux canards que nous recevons chaque matin. Entourage, découpage. Intéressant. On s’en fout. Personne n’en voudra.

-

Parfois, ça peut passer. Fred décroche le téléphone pour proposer un sujet ou pour activer ses sources. Avec une décontraction toute journalistique.

-

Ambiance de travail dans notre petite newsroom. Photos par Ngoc, notre administratrice préférée. L’info est elle bonne ? Fiable ? Vendable ?

-

Finalement, c’est un reportage sur la tournée de sensibilisation ludique au grand public organisée par la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme, qui avait posé ses valises à la Grande Motte. Au programme : quelques notions théoriques appliquées immédiatement sur des mannequins ou des planches de sauvetage, directement dans l’eau. Beaucoup de jeunes, mais aussi des moins jeunes apprennent les gestes de secours élémentaires et s’exercent au sauvetage en mer sous l’oeil des pros. Projection de nos images demain au JT de 13h, toujours sur TF1.

Encore une occasion de travailler les pieds dans l’eau et de mouiller le jean, comme le démontre ici Nicole. Qui plus est quand le stagiaire décide de s’amuser avec la GoPro…

-

Du soleil, des positions insolites, et un montage à faire demain matin. Avec le sourire s’il-vous-plaît, c’est pour le 13h, le journal qui sent bon l’été et les vacances.

-

FUJI X10

J’ai le sentiment de me répéter. Mis à part ce problème, qui n’a rien à voir avec le X10, de désynchronisation d’espace couleur entre mon OS Windows et mon OS Linux, qui a pour effet principal de me montrer des photos traitées correctes sous Windows et toutes grises sous Linux – c’est emmerdant.

Mais j’ai l’impression que je me répète. J’utilise toutefois de plus en plus le viseur optique. En plein soleil, c’est un vrai confort par rapport à un simple écran. Le geste est tout de même bien plus naturel que de viser par derrière. Et puis, d’un point de vue subjectif, ce morceau de verre est très sympathique à utiliser. Il est certes imprécis (parallaxe, 85% de couverture), mais il a vraiment un charme fou.