Blog - BS Data, hackery, stories

Stage à Phaestos Presse : jour 13

Hier, j’ai voulu poster un article avec pour seul contenu : “rien.” Car il ya des jours avec et des jours sans. Ce lundi, dépendants de l’actu et occultés par la frénésie post jeux olympiques, nous n’avons rien fait.

Et aujourd’hui partait bien pour, jusqu’à ce qu’enfin Paris se réveille et prenne son petit journal.

Alors c’est parti pour le fait divers.

-

un micro sur un tonneau à la féria de Béziers

Vendredi dernier, un homme a été battu à mort dans les rues de Béziers, pendant la féria. Selon les premiers éléments de l’enquête, il serait monté sur une moto pour faire une photo dessus, et aurait déclenché la colère du propriétaire, un videur de boîte de nuit, qui lui aurait fracassé la tête par terre avant de s’enfuir, puis de revenir avec trois amis éclater neuf personnes. Le jeune homme de 33 ans est décédé, et ce fait divers relance le débat sur la sécurité de ces rassemblements de foule.

-

trace de sang sur le mur d'une rue de Béziers

Lorsque nous partons sur zone avec Fiona, nous n’avons pas beaucoup d’informations ni de contacts. Elle cadre, et je joue le rôle du rédacteur. Nous menons ainsi notre petite enquête. “Un journaliste qui n’a pas de chance, c’est une faute professionnelle”, disait Nicole la semaine dernière. La chance a été avec nous toute l’après-midi puisque nous avons enchaîné des entrevues très intéressantes et avons découvert ce sang sur un mur, sur la scène du drame. Il nous est toutefois impossible de confirmer que ce sang est lié à la rixe, bien que des éclaboussures sanglantes délimitent cette zone.

-

interview de participants à la feria de Béziers

Interview de férians qui avouent ne pas se sentir en sécurité. Manque de police ou excès d’alcool ?

-

interview de Raymond Couderc, maire de Béziers, dans les arènes de la ville

Le maire se retranche derrière le fait divers, l’événement à la marge, et semble bien peu touché par cet événement facheux qu’il n’a, selon lui, pas le pouvoir de prévenir. Presque banal, pour lui.

-

Enfin, nous repartons contents de nous après que nous avons interviewé un proche de la victime présent et partie prenante lors du drame, qui nous a raconté avec des mots forts de journaliste la violence des faits et des agresseurs, et attendons le résultat sur BFM TV.