Blog - BS Data, hackery, stories

Stage à Phaestos Presse : FIN

Ici s’achèvent cinq semaines de stage chez Phaestos presse.

Entre mon stage auprès des Rencontres d’Arles et cette expérience de la télévision, cet été aura été incroyable. En tout cas, je l’ai passé sur une autre planète.

Une parenthèse en deux parties entre deux cycles d’études, deux villes, deux mondes. Arles, cela a d’abord été l’opportunité de cotoyer ceux que j’admire, les “grands” de la photographie contemporaine. Je pense en particulier aux membres de Magnum et à Darcy Padilla. Puis, à Phaestos, j’ai compris ce que je ferai : du journalisme, et du journalisme en images et en mots. Deux cycles d’études, puisque je sors d’un cursus juridique après la licence pour m’orienter vers un cursus journalistique, à l’école, sur le terrain, ou en apprentissage, qu’importe. Et enfin deux villes, puisque je quitte ma Lyon natale pour rejoindre Strasbourg et son Institut des Hautes Etudes Européennes. Un autre projet se dessine là-bas, mais disons que je ne me porte pas la poisse en taisant de quoi il s’agit en attendant que tout soit validé.

Je travaille actuellement à la série qui a alimenté ce blog tout ce mois, sur le métier de journaliste reporter d’images. Elle viendra enrichir basilesimon.fr, et j’espère qu’elle fera honneur aux journalistes qui m’ont accordé leur confiance pour faire ces photos.

Un autre projet sur les paradis étudiants me taraude. Je veux faire référence aux paradis artificiels construits par nous, étudiants, autour de ce mythe de la pure soirée que nous recherchons tous ; alors que, bien souvent, toutes se ressemblent. Un point de vue de l’intérieur de ces moments, pris dans de multiples endroits, à de nombreuses occasions, et avec des personnes chaque fois différentes. Et pourtant si semblables.

Il faut quand même que je fasse un point sur le Fuji X10, que j’ai définitivement adopté. Voila un appareil qui me suit désormais partout, qui se fait tout à fait oublier et qui est incroyablement capable. A tous ceux qui recherchent le faible encombrement, la qualité d’image, un petit capteur dans un boitier avec un look d’enfer, le X10 est à ne pas négliger. Il a été un compagnon fidèle accompagnant ma caméra tout ce mois. Vous verrez probablement beaucoup d’autres images dans les mois à venir faites avec ce boitier.

Ah oui, et il faut que je me trouve une caméra. Et que je parte, loin.