Blog - BS Data, hackery, stories

Stage à Phaestos Presse : jour 2

Deuxième jour du stage à l’agence Phaestos. Comme hier, à peine arrivé que me voilà déjà en route avec Jean-François et Lucas Garcia, deux JRI de TF1, en direction de la Grande Motte.

Le programme ne s’annonce pas folichon – un reportage type 13h de Pernaut sur les vacances à la Grande Motte – mais c’est l’occasion de mieux connaître le rédac’ chef et de comprendre un peu mieux la vidéo. Pour petit rappel, cette ville est sortie du sable en 1974 grâce à l’initiative Racine, sous la direction de l’architecte Jean Balladur (de famille avec le Edouard éponyme), qui a dessiné sa cité balnéaire idéale, axée sur le plaisir estival et le soleil. Il a tout dessiné, tout calculé. De la longueur des avenues, adaptées au pas de l’homme, à la forme et à la hauteur des pyramides d’habitations dans lesquelles chacun a sa terrasse, en passant par la forme des bordures de trottoir ou les orifices percés dans la passerelle Saint Jean pour que le soleil, le jour du solstice d’été, dessine un cercle parfait sur la passerelle. On n’aime ou on n’aime pas la Grande Motte, mais elle ne peut laisser indifférent.

-

Tout d’abord, cap sur le batiment emblématique de la Grande Motte : la grande pyramide. Nous rencontrons le concièrge, un solitaire qui ne se fait pas prier pour nous ouvrir le sésame : la terrase interdite au sommet de la pyramide, point culminant de la commune. Vue incroyable, panorama exceptionnel sur cette ville bien particulière.

-

Retour au bercail. Ne pas avoir peur des kilomètres, et des imprévus. Nous emportons systématiquement avec nous de quoi monter et envoyer nos images, au cas où nous soyons détournés par une actu chaude.

-

Règle n°1 : profiter de chaque pause, on ne sait jamais combien de temps elle va durer. Règle n°2 : toujours laisser la caméra le plus près du sol possible. Règle n°3 : avoir des yeux dans le dos.

-

Lucas Garcia, jeune pigiste pour TF1 chez Phaestos.

Et demain, direction l’Espagne…

FUJI X10

Chose promise, chose due : un avis sur le X10. Aujourd’hui, j’ai découvert que son AF n’accrochait pas vraiment sur les zones sombres et peu contrastées, et qu’il est d’autant plus capricieux que la focale s’allonge.

Je n’ai pas grand chose à ajouter par rapport à hier, sa discrétion est vraiment un atout, de même que son poids, moi qui porte de nombreux sacs pendant la journée… Je ne me verrais pas me trimballer de la même manière avec mon 5D.

Il faut que je jette un oeil aux modes plus “créatifs” et avancés… Peut être demain.