Blog - BS Data, hackery, stories

Focus sur Tomasz Gudzowaty

Mon coup de coeur de ces dernières semaines : Tomasz Gudzowaty. Photographe polonais né en 1971, il se définit lui-même comme aimant la photographie humaniste et à la forme classique de l’essai photographique réalisé en noir et blanc. Après le paysage, le reportage social, il officie ces dernières années dans la photographie sportive, photographiant à la chambre les sports les plus atypiques. Je suis tombé sur lui en regardant les archives du World Press Photo de 2011, pour lequel il a remporté la 2e place dans la catégorie “Sports stories” avec son essai Mexico’s car frenzy.

Je suis impressionné par ses images. Il dit aimer la forme classique du reportage en noir et blanc, et, sans conteste, il la maîtrise à la perfection. Les images parleront plus que des mots. Je ne sais pas comment il arrive à photographier avec un instrument si complexe tout en étant au coeur de l’action, du mouvement, et de l’instant. Nous ne pouvons être qu’admiratifs devant ce travail d’une précision et une maîtrise si proches de la perfection.

Prenons par exemple son essai nommé “Pole Dance“, dans lequel il explore le phénomène pole-dance en Australie. Ce n’est pas seulement un essai sur ce sport : il démistyfie ce qui pourrait sembler de prime abord un simple divertissement masculin un brin pervers dans un bar crasseux, et nous montre le côté sport, justement. Le coté loisir, compétition et la perte de ce caractère sexuel exclusif. Comment ? Tomasz ajoute à l’essai original deux séries de photos : l’une montrant les danseuses avec leur famille, l’autre les danseuses, en photo frontale.

<!--more-->

Deux images, maintenant. L’une est pour moi un chef-d’œuvre de cet essai : une fille danse devant les yeux admiratifs et attentifs… d’autres filles, que l’on peut présumer être des danseuses aussi, assistant au cours. Car cet essai ne traite pas de prostituées ou de bars salaces, mais d’un véritable phénomène de société où plus de 1200 filles et garçons s’inscrivent à des cours de ce sport. Légère bascule et petit décentrement ajoutent à cette scène un charme fou. La seconde est, outre un noir et blanc à tomber par terre, du même ordre que la première : un cadre rempli de femmes en plein éclat de joie. L’une d’elles vient de recevoir le prix de Miss Australia en pole-dance. Tomasz est si près de l’action, tellement dans l’instant, et parvient pourtant à basculer sa chambre et à cadrer proprement ce merveilleux moment.

 

Vous l’aurez compris, on peut prendre ses essais un par un et toujours s’émerveiller. Je vous propose donc une micro-sélection, et vous invite à vous régaler en direct : bref, filez sur sur son site vous faire plaisir aux yeux.

 

Nadaam Race 

Chinese Gymnasts

 

Yoga Performers

 

Images : propriété de Tomasz Gudzowaty