Blog - BS Data, hackery, stories

La relation entre l’audio et la photographie

 

Le British Journal of Photography a publié un article sur un sujet que j’ai déjà abordé avec vous sur ce blog : l’utilisation de l’audio comme complément de l’image. Rappelez-vous de ce billet à propos de ce que j’avais appelé la “photographie concrète” : j’avais illustré mes images d’une manifestation à Avignon par un morceau mixé par Raphaël Lubitel mêlant sons captés sur place et compositions personnelles.

Et bien la méthode semble en vogue. Oliver Laurent, du BJP, a pu en parler avec Seb Meyer et Peter Di Campo. Quand on demande à Di Campo pourquoi est-ce qu’il enregistre du son en plus de ses images, sa réponse est amusante : “parce que je travaille en Afrique”. Pour lui, le témoignage par l’image ne suffit pas, il a le besoin d’ajouter la voix des personnes qu’il rencontre et qui parlent d’eux à ses photos. Seb Meyer a une toute autre réponse. Dans son métier, l’image ne suffit pas pour témoigner de ce qu’il a vécu. Voici comment il parle de ses images d’Afghanistan, *embedded *avec les soldats américains pendant une fusillade :

When I came back and I looked at the images, I thought they were okay. But then I went back to them a week or two later, and I thought, ‘These suck. They’re terrible. They’re a lie.’

Il prend un autre exemple : l’image (en tête d’article) de l’explosion d’un missile air-sol, à quelques dizaines de mètres de lui. L’image semble figée, arrêtée. Pas de bruit de balles qui fusent, de gens qui crient et courent… Maintenant, essayez avec le son. Puissant, hein ?!

Tous deux admettent que le son doive être utilisé davantage pour dépeindre une ambiance, bien que la quantité de sons nécessaires pour cela soit considérable et souvent sous-estimée. Mais j’arrête ici la paraphrase. Filez lire ce bel article.