Blog - BS Data, hackery, stories

Blackout SOPA/PIPA

 

Vous aurez peut-être remarqué le black-out de Wikipedia, ce jour du mercredi 18 janvier 2011. Lorsque vous tentez d’accéder à leur page d’accueil, ce petit texte s’affichait :

Imagine a world without free knowledge For over a decade, we have spent millions of hours building the largest encyclopedia in human history. Right now, the U.S. Congress is considering legislation that could fatally damage the free and open internet. For 24 hours, to raise awareness, we are blacking out Wikipedia. Make your voice heard.

Des mots qui choquent. En effet, le Congrès des Etats-Unis examine deux projets de lois en ce moment. Le premier projet est nommé SOPA (acronyme de Stop Online Piracy Act), le second porte le nom de PIPA (pour Protect Intellectual Property Act). Ces textes ont pour but principal de supprimer les infractions aux copyrights commises par des sites internet étrangers. C’est-à-dire que les sites internet devront vérifier que d’une part les contenus qu’ils hébergent leur appartiennent, et d’autre part que tous les liens qu’ils partagent ne présentent pas d’infraction au copyright. Nombre de sites de petite et moyenne taille ne pourront soutenir ces problèmes, et les sites présentant du contenu généré par l’utilisateur sont largement concernés par cette activité qui leur coûtera très cher en temps et en moyens.

NetCoalition a réalisé un tableau comparant ces deux textes SOPA/PIPA avec un projet de loi concurrent rédigé par les grands du web, tels que Google et Facebook : l’OPEN Act (Online Protection and Enforcement of Digital Trade Act).

Le site communautaire de photographie Flickr a réagi lui aussi. Il permet à chaque utilisateur de “darken” (assombrir) 10 images de son choix parmi celles du site, pour protester contre ces textes. Les images peuvent être rétablies par tout le monde, ce qui rend le geste de darken tout à fait innocent, tout en gardant sa signification.
L’engagement est si large car ces deux textes auront véritablement des conséquences néfastes pour l’internet libre. Il imposera une censure des moteurs de recherche et ramènera progressivement la censure comme mode normal de la diffusion de contenu sur le net.

Les photographes, internautes 2.0, musiciens, encyclopédistes, et quiconque utilise les possibilités du web 2.0 doit prendre conscience de ce que ces textes impliquent.  Les contenus que nous proposerons seront filtrés, les recherches que nous ferons et lirons auront aussi été filtrés, et beaucoup de sites seront morts faute d’avoir pu assurer ce contrôle.
L’internet est notre espace de création et de diffusion. Sa neutralité est importante. La libre expression sur quel média que ce soit est capitale. Certes les atteintes aux copyrights et droits d’auteur sont des choses que nous, créateurs de contenus et d’œuvres, ne souhaitons pas. Mais il y existe d’autres méthodes que ce filtrage à grande échelle pour parvenir à ces fins.