Blog - BS Data, hackery, stories

Je lis Paris Match

Oui, je lis Paris Match. Et VSD. Pas tout Paris Match. Disons que je laisse les pages people à ma mère, et les mots-croisés à ma grand-mère. Moi, je me délecte des 15 pages de documentaires au centre, après la page 60. Si vous voulez, je pense que Match et VSD sont les derniers magazines à allonger de l’argent pour produire des reportages d’investigation dont certains sont plutôt puissants, fidèle pour Match à sa devise : “le poids des mots, le choc des photos”. La ligne éditoriale marche bien : rentabiliser le photojournalisme et les reportages par de la pub et des pages people à n’en plus finir. Il suffit de savoir pourquoi on achète le magazine : pour les derniers potins sur les fesses de J.Lo, ou pour profiter de trois documents de qualité.

Je vous explique en introduction quelques unes de mes lectures, car j’ai décidé d’ouvrir un peu plus ce blog sur mes réflexions et non plus seulement sur ma simple “actualité personnelle”. Le but est que ce blog me ressemble et qu’un lecteur (si recruteur de Sciences Po soit-il) ait une idée de moi en regardant cette mosaïque d’articles. Au programme donc, chers lecteurs, mes travaux photographiques, des copies de mes parutions/publications, mes idées sur quelques articles de photojournalisme, et pourquoi pas un peu plus.

Voilà donc le cadre. Cette semaine, alors que je parcourais le Paris Match de cette semaine, j’ai été frappé par un document. Cet article présentait le risque d’une attaque de l’Iran par Israël, qui ne tolère pas que Téhéran développe la bombe. Ce document n’a nulle autre ambition que de présenter le scénario probable du déclenchement de la Troisième. Une belle carte en double page trace les possibles trajets des chasseurs F-15 et F-16S de l’aviation israélienne,  la localisation de leurs cibles, et l’équipement militaire des deux armées (missiles de riposte de moyenne portée iraniens, sous-marins israéliens. L’article, compagnon de ce schéma, explique bien le procédé de l’attaque aérienne éclair : voler sous couverture radar entre 90m et 25m d’altitude à Mach 1, pour monter à 4000m et descendre en piqué pour bombarder les centrales avec des engins d’une tonne perforant les bunkers souterrains iraniens. Bien ficelé.

Mais, il y a un mais. La géniale émission Les Dessous des Cartes, d’Arte, a produit  l’an passé un documentaire sur ce même scéanrio. Je vous conseille chaudement cette vidéo. L’émission présente les différents plans de vols des chasseurs : l’Arabie Saoudite, la Turquie, la Syrie… Et conclut aux même solutions que celles retenues par Match : fermeture du détroit d’Ormuz, hausse du prix du pétrole, déclenchement par Ahmadinejad d’un djihad dans la région, du déclenchement du Hezbollah et du Hamas… enfin, de l’escalade. Les ressemblances sont trop nombreuses. Je donne l’avantage à Paris Match qui précise les quelques problèmes diplomatiques causés dans la région par une telle attaque, la nécessité de la formation d’une coalition internationale, et une mise à jour sommaire des armes des deux Etats, et qui répare un oubli de l’émission : le déploiement de commandos frappant chirurgicalement au sol, la spécialité du Mossad. Mais le Dessous des Cartes était bien plus exhaustif sur la liste des matériels que pourraient utiliser ces deux puissances, et sur les trajets à emprunter pour rallier sous couverture radar les cibles iraniennes, qui sont bien plus nombreuses et précises dans la vidéo que sur la carte de Match.

screenshot de la vidéo du Dessous des Cartes

photo de la carte de Paris Match

 

Alors, M. Paris Match, coïncidence ? Pourquoi nous sortez-vous dans cette actualité si chaude un document si ressemblant à celui de vos confrères ? J’ose vous accuser d’avoir pompé sur la copie d’Arte pour établir cette carte qui, plus d’un an après, n’apporte pas grand chose et reprend presque point par point un scénario déjà diffusé. Si le scénario reste encore aujourd’hui probable, les informations actuelles auraient du vous permettre de mettre à jour les informations de ce raid, de chiffrer les pertes et les moyens, et de situer mieux que cela les cibles à viser. Une investigation qui n’en a que le nom. Dommage

 

© Tous droits réservés Paris Match – Arte / Le Dessous des Cartes